• Boulevard NDADAYE MELCHIOR Building OREE DU GOLF, 1er Etage
  • +257 22258750
  • info@setic.gov.bi


Secrétariat Exécutif des Technologies de l'Information et de la Communication

Blog & News

Les TIC au service de l’éducation, quelles avancées ?

Le e-learning permet à des apprenants qui veulent rester chez eux, par exemple pour des raisons familiales, de mettre à profit

leur temps libre pour continuer d’apprendre et d’évoluer au niveau professionnel. Malheureusement, cette révolution se fait à pas de tortue, suite au manque de matériel adéquat

Avec l’essor de l’Internet dans le monde actuel, le télétravail et le téléenseignement ont pris une place considérable. A chaque chose malheur est bon, la pandémie du covid-19 a rappelé au monde  que  l’enseignement à distance devrait être pris en considération. Si l’utilisation des TIC dans l’enseignement  a pris un élan ces dernières années dans le monde entier, quid de l’utilisation des TIC dans l’enseignement au Burundi ?

L’université du Burundi  a été confrontée ces 15 dernières années à des enjeux majeurs. Sa mutation de l’ancien système vers le nouveau système BMD a fait augmenter ses effectifs étudiants depuis 2012. Cette mutation devrait imposer à l’enseignement supérieur une nouvelle méthodologie d’enseignement.

Autrefois, il relevait essentiellement d’une expérience solitaire: l’étudiant était seul face à une pile de matériel didactique qui lui était donné par  l’enseignant de façon présentielle   et communiquait sporadiquement avec les étudiants.  Et  pour les enseignants inaccessibles, il fallait attendre leur présence pour avoir le syllabus. A l’heure du numérique, il fallait introduire l’utilisation des TIC  pour résoudre le problème de massification de l’enseignement supérieur. Cependant, ce système éducatif reste toujours inchangé. Cela découle du fait que nombre d’étudiants sont issus de familles très pauvres. Pour le moment, l’université du Burundi compte plus de dix mille étudiants.

Les TIC, une condition sine quoi non dans l’enseignement actuelle

Pour suivre le rythme du monde, les étudiants de l’enseignement supérieur eux aussi devraient avoir des équipements informatiques pouvant les aider dans leurs recherches académiques. Ainsi, il faut citer entre autres les laptop, tablette et/ou les smartphones. Mais suite aux contextes socio-économiques du pays, les étudiants burundais sont contraints de suivre le cursus académique dans la méthodologie de l’enseignement présentiel. Or L’enseignement à distance permet de fournir une formation en temps et lieu asynchrones. Et les apprenants n’ont plus besoin de se déplacer et de se conformer à des horaires. On se forme où l’on veut, quand on veut. Il suffit de disposer d’une connexion WI-FI et d’un ordinateur portable, d’une tablette, ou d’un smartphone.

En principe, les TIC permettent à la fois d’enrichir les contenus pédagogiques, de stimuler les interactions entre apprenants et enseignants, de personnaliser davantage les formations universitaires et de toucher des populations qui en étaient jusque-là exclues.  Dr Audace Manirambona responsable des services informatique précise que depuis 2019 l’université du Burundi est doté de d’à peu près 920 ordinateurs et d’autres kits caméra complet pouvant faciliter les étudiants de l’école doctorale à suivre les cours en ligne. Mais, les plus de dix milles autres étudiants que compte l’université du Burundi depuis le Baccalauréat jusqu’en doctorant.   

Et ils doivent  départager  à peu près 920 ordinateurs desktops qu’elle dispose. Ces ordinateurs sont éparpillés dans  plus de huit campus  que compte l’université du Burundi. Cela implique que chaque faculté et/ou institut  doit avoir une salle informatique pour faciliter les recherches pendant les cours.

L’enseignement à distance peut-il remplacer le présentiel ?

Dans ce monde, non seulement l’étudiant devait surmonter bien des difficultés pour dialoguer avec son enseignant, mais encore un laps de temps assez long s’écoulait entre le moment où il posait sa question et où il recevait une réponse. Audace Manirambona fait savoir  que les étudiants en doctorat ont  suivi  des cours en ligne, dans cette période de la pandémie du covid-19 suite au confinement de leurs enseignants bloqués à l’étranger. Il indique également que l’école doctorale est composée par des étudiants en provenance du Cameroun, RDC etc. Et par comparaison, l’Internet accueille des salles de classe virtuelles dans lesquelles l’interactivité et le partage des ressources et des informations sont absolument essentiels. Il faut savoir que le Burundi compte 14 universités connectées avec un réseau MPLS et vers Internet Réseau entièrement protégé avec 10 sites d’agrégations ¢Implémentation facilitée pour les services E-Learning. Et  l’université du Burundi compte   plus de huit  campus  que comprend l’UB à savoir: Mutanga, Kiriri, Rohero, Chaire Unesco, Kamenge et CHUK à Bujumbura, Zege à Gitega, Nyamugerera à Bubanza et Buhumuza à Cankuzo, seulement six sont connecté à l’internet fibre optique à haut débit.